Sous le Rocher du Diamant

Sous le Rocher du Diamant Sous le Rocher du Diamant

C’est un site qui peut accueillir tous les niveaux de plongée. La faille sera le site de prédilection de la majorité des plongeurs. Sa faible profondeur permet d’y rester longtemps sans palier et les photographes, peuvent obtenir de beaux effets de lumière.
Le site appelé « la piscine » est abrité et permet d’y faire des baptêmes en zone peu profonde, tandis que les plongeurs confirmés (N3) pourront se faire plaisir dans les grottes à 60 m.

Le Rocher du Diamant est un site incontournable de la plongée en Martinique c’est « The place to be ». C’est un pic basaltique, signe de l’activité volcanique de l’île. Il culmine à 175 m. Il a été le théâtre de combats entre les Anglais et les Français au XIXe siècle pour la conquête de l’île.

On peut encore trouver des vestiges des conflits de l’époque. La partie émergée du rocher est protégée pour préserver les nombreux oiseaux qui viennent y pondre. Les fonds sous-marins sont d’une grande beauté. On ne peut pas parler de plongée en Martinique sans mentionner Le Rocher. Par contre, pour y arriver on doit traverser la « passe des fous », moment très attendu dans les compétitions de voile traditionnelle, pendant lequel il y a beaucoup de casse, car la mer s’y déchaîne parfois avec une houle croisée.

C’est un bijou que tout le monde veut admirer. Passé l’accès qui peut être très difficile, la plongée y est magnifique. Son éloignement de la côte permet d’avoir une eau limpide, même après de fortes pluies.

C’est une plongée où l’on oublie facilement que nous ne sommes que des plongeurs et que notre stock d’air est limité. Le spectacle y est partout, autant en pleine eau avec les carangues, les sardes à queues jaunes et autres thazards, que dans les trous avec les langoustes, araignées cigales et autres crevettes. Une torche dans la faille haute de 18 m vous révélera une explosion de couleur mettant à jour la très grande variété d’éponges tapissant les parois.

Vous pourrez aussi peut-être avoir la chance d’y croiser une tortue ou un barracuda. Attention au ressac dans la faille qui peut surprendre et parfois donner le mal de mer.

Les plongeurs les plus aguerris peuvent se laisser glisser jusqu’à 40 m, où ils trouveront un tombant qui surplombe une langue de sable sur laquelle de temps en temps se pose une raie. Les plus téméraires iront flirter avec la limite de la plongée à l’air, à 60 m dans des grottes étroites. Les paliers se feront le long du rocher en admirant la faune accrochée.

En conclusion, bien que l’on puisse observer au fil des ans une progression des algues au détriment de la faune récifale, c’est une plongée qui malgré la très grande concentration de plongeurs sur le site, reste très agréable et assez bien préservée.